About Us

Our work strives to enhance our sense of surroundings, identity and relationship to others and the physical spaces we inhabit, whether feral or human-made.

Selected Awards
  • 2004 — Aga Khan Award for Architecture
  • 2009 — Mies van der Rohe Award
  • 2013 — AIA/ALA Library Building Award
  • 2015 — Best Interior, Designers Saturday
  • 2016 — AIA New York Honor Award

La centrale électrique

À la fin du XIXe siècle, à l’embouchure du canal dans le Fluvià, une ancienne turbine en bois est mise à profit pour créer la centrale électrique de Besalú. Pendant la journée, l’électricité générée était chargée dans des batteries et, la nuit, l’électricité produite par la centrale et celle des batteries servaient à desservir les quelques rares abonnés du village.

Dans ce temps-là, il n’y avait pas de compteurs
dans les maisons pour contrôler la consommation d’électricité des foyers. En revanche, des limiteurs de consommation électrique – désignés populairement sous le nom de « scarabées » à cause de leur couleur
noire – remplissaient cette fonction : ces dispositifs se déclenchaient, dès qu’une personne allumait une ampoule pour laquelle elle n’avait pas souscrit de contrat d’électricité.

En 1928, un nouveau canal, le rec Gros, est construit par-dessus la structure déjà existante afin d’accroître l’ampleur de la chute d’eau de la centrale et, par là même, la production d’électricité. C’est aussi avec cet objectif qu’une turbine Pelton métallique y est installée et la qualité du service s’en trouvera considérablement améliorée.

La centrale cesse son activité en 2010

Les centrales hydroélectriques

Une centrale hydroélectrique est, par essence, l’évolution des anciens moulins à eau qui généraient de l’énergie pour moudre le grain ou d’autres produits et, plus tard, pour produire de l’électricité. 

Le fonctionnement d’une centrale est très simple. Il consiste à convertir en électricité l’énergie potentielle d’une masse d’eau suite à une dénivellation. Dans sa chute entre les deux niveaux, l’eau entre dans une turbine hydraulique, qui transforme l’énergie potentielle en énergie mécanique au moyen du mouvement de la turbine, et cette énergie mécanique est transformée en énergie électrique grâce aux alternateurs.

La première centrale hydroélectrique est construite en 1880 en Grande-Bretagne, à Northumberland. Deux ans plus tard, en 1882, la centrale d’Appleton (Wisconsin, USA), appartenant à H. J. Rogers, génère une puissance de 12,5 kilowatts qui, avec difficulté, sert à éclairer deux bâtiments de l’usine à papier et la maison particulière de Rogers. En 2020, la grande centrale d’Itaipú, située à la frontière entre le Paraguay et le Brésil, réussit à accumuler une production de 50 millions de mégawatts par heure. 

 

Les premières installations en Catalogne

Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, les zones de Catalogne jalonnées de rivières sont témoins de l’apparition de l’énergie hydroélectrique. La révolution industrielle et les besoins de ce type d’énergie favorisent l’installation de nombreuses petites centrales hydrauliques qui tirent profit de la force de l’eau pour couvrir les besoins locaux, notamment d’éclairage public ou des usines qui y étaient implantées, souvent situées à proximité des rivières ou des cours d’eau proches des agglomérations, ou dans les rivières des zones à forte implantation industrielle, comme le Llobregat, le Cardener, le Ter, le Freser ou le Fluvià. À cette époque, l’énergie électrique devait être générée tout près des centres de consommation car la technologie du courant continu ne permettait pas de la transporter très loin.

L’utilisation des débits pour tirer profit de la force de l’eau dans des moulins, des scieries ou des forges était déjà une pratique couramment répandue depuis de nombreux siècles. Cependant, au tournant du XIXe siècle, l’incorporation du générateur électrique dans la turbine hydraulique permettra d’obtenir une source d’énergie accessible et économique.  

Il existe deux types différents de petites centrales hydrauliques : celles qui dévient l’eau de la rivière par un canal pour l’amener jusqu’à la turbine – qui génère de l’électricité – et qui, par la suite, la renvoient à la rivière ; et celles qui peuvent être considérées comme des minicentrales, avec la turbine installée au bout d’un tuyau d’alimentation d’où sort l’eau d’un lac de barrage.

 

Les centrales et le modernisme

La construction de certaines centrales à la fin du XIXe siècle est en phase avec les tendances architecturales de l’époque, notamment le modernisme et le noucentisme, et elles représentent aujourd’hui de véritables joyaux architecturaux du patrimoine industriel du pays.   

La centrale hydroélectrique Berenguer de Bescanó en est un parfait exemple. Inaugurée en 1917, elle est l’œuvre de l’architecte Joan Roca i Pinet (1885-1973). La chute d’eau est agrémentée d’une foison de sculptures modernistes de plantes et de dragons qui sont visibles de la route.  

D’autres aussi sont remarquables, comme la centrale de Vilanna, construite dans un style noucentiste en 1905 par Joan Roca i Pinet ; la centrale du Molí de Queralbs, construite en 1914 par l’entreprise Mines Gironès & Henrich ; la centrale de Rialb, un édifice aux traits modernistes et doté d’une voûte catalane, construit par l’entreprise Echer Wyss i Cia ; ou la centrale électrique Estebanell à Sant Pau de Segúries, construite en 1870, qui affiche une décoration intérieure moderniste.

 

Un paysage altéré  

Le paysage de la Catalogne a été fortement modelé par la construction de centrales hydroélectriques le long des cours fluviaux.   

La construction de lacs de retenue et de barrages a inondé des vallées fertiles, a réduit les cours d’eau et a bloqué le passage des sédiments entraînés par les rivières, les empêchant d’arriver en quantité nécessaire pour alimenter les deltas de l’Èbre ou du Llobregat.

Les cours des rivières ont été coupés par de nombreuses écluses qui réduisent les débits d’eau, ce qui entraîne l’altération des habitats fluviaux et met en péril la survie de nombreuses espèces.   

Mais, en même temps, cette altération du paysage a donné lieu aussi à une nouvelle source de richesse à travers l’exploitation touristique des lacs de barrage et des rivières.   

Localització