About Us

Our work strives to enhance our sense of surroundings, identity and relationship to others and the physical spaces we inhabit, whether feral or human-made.

Selected Awards
  • 2004 — Aga Khan Award for Architecture
  • 2009 — Mies van der Rohe Award
  • 2013 — AIA/ALA Library Building Award
  • 2015 — Best Interior, Designers Saturday
  • 2016 — AIA New York Honor Award

Valeurs naturelles. Faune et flore

La localité de Besalú, située au sommet d’une petite colline surplombant une large courbe du cours Fluvià, jouit d’un emplacement naturel privilégié, à cheval entre la mer Méditerranée et les derniers sommets des Pyrénées.

La rivière en elle-même, les chênaies, le bois riverain et les champs de culture et de potagers forment une mosaïque d’habitats qui renferme une diversité importante d’espèces de flore et de faune. On peut distinguer les fleurs blanches du lys des neiges qui apparaissent à côté du cours d’eau en plein hiver, les grandes aigrettes et les hérons cendrés déployant leur vol lent au-dessus des eaux, les loutres, les grenouilles vertes ou les couleuvres qui y cohabitent, et les oiseaux chanteurs comme le loriot ou le rossignol, ou les pics épeiches grands et petits qui font leurs nids dans les arbres et les arbustes le long du cours d’eau.

Des valeurs naturelles

Besalú jouit d’une situation naturelle privilégiée, à cheval entre les plaines côtières, qui s’étendent de la mer Méditerranée jusqu’à l’intérieur des terres, et les derniers contreforts des Pyrénées, notamment la Mare de Deu del Mont (1 124 m d’altitude) qui s’élève, d’une manière majestueuse, juste au nord de la localité. Bien qu’il s’agisse d’une municipalité relativement petite, la rivière Fluvià, les chênes verts et les champs, ainsi que d’autres espaces transformés par l’homme forment une mosaïque d’habitats qui abrite une diversité remarquable d’espèces de flore et de faune.

Au sud de la localité, une grande courbe de la rivière embrasse un terrain plat et fertile, alimenté au fil des siècles par des sédiments déposés par les hautes eaux de la rivière. Une ripisylve riche en peupliers, en saules et en aulnes se développe sur ses rives. À la fin de l’hiver, dans les sous-bois, avant que les arbres ne perdent leurs feuilles, des fleurs apparaissent comme le perce-neige Galanthus nivalis et la lathrée clandestine Lathraea clandestina, une étrange plante à fleur de couleur pourpre, sans tige, qui parasite les racines de certains arbres. Plus loin, le brillant iris jaune Iris pseudacorus décore les bords de la rivière. À la fin de l’été, les grandes fleurs jaunes des topinambours Helianthus tuberosus, dont les racines sont comestibles, dominent l’écosystème entre l’eau et la forêt.

 La rivière est un passage naturel qui permet à de nombreux animaux de se déplacer sur de longues distances. En hiver, les grandes aigrettes et les hérons cendrés survolent lentement le cours de la rivière, tandis que les cormorans viennent s’alimenter des carpes et s’y établir pendant quelques mois. En revanche, le printemps est la saison où les oiseaux migrateurs sont de passage dans la vallée du Fluvià. Souvent, ils dévient leur route à la recherche de la mer, avant de continuer leur voyage vers le nord. On observe aussi régulièrement des espèces d’oiseaux planeurs comme l’aigle pêcheur et la cigogne blanche dans la rivière et dans la vallée – occasionnellement, plusieurs d’entre eux passent la nuit sur les toits du village. En avril, des milliers de petits oiseaux chanteurs font leur apparition, comme le rossignol, le pouillot véloce, le torcol fourmilier ou le loriot, qui viennent rejoindre les espèces sédentaires comme la fauvette à tête noire, la bouscarle de Cetti, les petits et grands pics épeiches ou les mésanges pour créer un paysage sonore exubérant les matins de printemps, à la première heure.

 C’est aussi dans ce cours d’eau que les loutres viennent s’alimenter. En effet, suite à leur réintroduction dans les Aiguamolls de l’Empordà dans les années 1980, elles reviennent se reproduire dans le Fluvià. Elles cohabitent avec les grenouilles vertes, les couleuvres et les écrevisses de Louisiane, cette dernière – une espèce envahissante – étant devenue une proie très prisée des loutres. On y trouve aussi deux autres espèces, introduites par l’action de l’homme, à savoir le vison d’Amérique, souvent observé sur les bords de la rivière de ce village, et le ragondin, un grand rongeur semi-aquatique qui s’est établi dernièrement dans la zone de l’écluse.

Quant aux invertébrés, les araignées d’eau de la famille des gerridés qui glissent sur la surface de l’eau, et les libellules comme le pennipatte blanchâtre Platycnemis latipes ou les onychogomphes Onychogomphus forcipatus, qui s’arrêtent sur les galets au milieu de la rivière, sont de bons indicateurs de l’état de santé des eaux. Dans les clairières ou à même la terre du chemin de l’anneau vert, les petits mars changeants – de grands papillons diurnes dont les ailes prennent des reflets aux tons métalliques – se dorent au soleil.

En été, dans ce même village, les hirondelles rustiques ou de fenêtre, ainsi que des martinets noirs et des hirondelles de rocher sont omniprésents dans le ciel, au-dessus de la localité. Ils font leurs nids sous les toits ou à l’intérieur des maisons inhabitées, ou dans les trous des murs les plus anciens. Et sur le Pont Vell, de nombreux moineaux friquets font leurs nids, tandis que dans les eaux en aval, on peut observer des grèbes castagneux, des poules d’eau et quelques martins-pêcheurs. On apprécie de plus en plus la présence de deux rapaces de taille moyenne, le milan noir et l’aigle botté, qui survolent la zone urbaine : le premier est un charognard qui mange n’importe quel reste ou animal mort, tandis que l’autre est certainement un prédateur d’oiseaux qui habitent les forêts de la rivière.

Enfin, les potagers sont un espace de grande valeur où s’alimentent de nombreux petits oiseaux, surtout en hiver. On peut y trouver des groupes de chardonnerets élégants, de verdiers d’Europe et de pinsons, de nombreux rougequeues noirs et de rouge-gorge, quelques bruants zizis ou des accentueurs mouchets, des groupes d’étourneaux et la tourterelle turque, une espèce qui s’est établie dans le village ces vingt dernières années.

Localització